Kop Breizh
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Kop Breizh

Supporters de l'équipe de Bretagne de football
 
AccueilGalerieRechercherS'enregistrerConnexion
Le Deal du moment : -50%
Lot de 2 Oreillers à mémoire de forme ...
Voir le deal
12.60 €

 

 Nantes, ton public fout le camp

Aller en bas 
AuteurMessage
Breizhcymru

Breizhcymru

Nombre de messages : 288
Age : 55
Date d'inscription : 28/03/2007

Nantes, ton public fout le camp Empty
MessageSujet: Nantes, ton public fout le camp   Nantes, ton public fout le camp Icon_minitimeVen 21 Nov 2008 - 22:02

Article de Ouest France de ce jour :

Nantes, ton public fout le camp


Contexte économique morose, hausse des tarifs des abonnements, pauvreté du spectacle. La politique de la chaise vide fait des émules à la Beaujoire.

Dimanche, le froid et l'horaire improbable de la rencontre opposant le FC Nantes à Nancy (17 h) ne devraient pas avoir raison des plus fervents supporters. Les puristes considéreront avec un intérêt relatif cette confrontation entre le 16e et le 15e du championnat, même si l'un des protagonistes s'exporte aussi sur les pelouses du Vieux Continent. Mais Nancy a beau représenter le football hexagonal en coupe de l'UEFA, l'argument n'infléchira pas la décision des déserteurs. Pour éviter que la Beaujoire ne sonne le creux, le FC Nantes a anticipé les réticences et propose une offre à 5 € dans toutes les tribunes pour les scolaires, les lycéens et les étudiants.

Le club estime à 20 000 le nombre de spectateurs qui assisteront au match. Revendiquant aujourd'hui 12 000 abonnés (Waldemar Kita en espérait 19 000 en début de saison), il n'échappe pas à une certaine forme de récession. Alors que Marseille, Paris, Bordeaux et Lyon attirent davantage de spectateurs que la saison passée, une certaine érosion affecte les travées de la Beaujoire. Cette saison, pour la première fois depuis des lustres, l'affluence est déjà passée à deux reprises sous la barre des 20 000 spectateurs, (Valenciennes 19 772 et Toulouse 18 293). La hausse inconsidérée du prix des abonnements a fait tousser dans les rangs des supporters. Même chez les plus conciliants. « On ressent une forme de désaffection. L'engouement est moindre. Désormais, certains s'abstiennent et privilégient la famille au football. Mis bout à bout, le spectacle, la programmation des matches, les résultats et la politique tarifaire expliquent la baisse de l'affluence », affirme Jacques D'Haese, président de l'historique association Allez Nantes Canaris.

Le syndrome Blazevic

Du côté de la Brigade Loire, le discours est évidemment plus radical. Le retour en Ligue 1 s'est accompagné d'une hausse comprise entre 30 et 40 % du prix des abonnements. « Une carte en tribune Loire nous revenait à 119 € l'année de la descente, à 80 € la saison dernière en Ligue 2. Cette année, le tarif est passé à 151 €, proteste Romuald, le porte-parole du groupe. Chez nous, on assiste à un phénomène nouveau : certains membres de la Brigade passent la journée avec nous, préparent l'animation et se réfugient dans un bar à proximité de la Beaujoire pour voir le match. Ils nous retrouvent à l'issue de la rencontre. La principale raison de ce désamour tient dans la politique tarifaire. Aujourd'hui, le club considère le spectateur comme un client. Aujourd'hui, on voit parfois des tribunes latérales désertes. On se croirait revenu au temps de Miroslav Blazevic en 1991-1992. »

Une version battue en brèche par l'actuelle direction, qui évoque davantage la conjoncture économique que la politique tarifaire pratiquée à l'occasion des retrouvailles avec l'élite. « Les temps de crise n'incitent pas les gens à aller au stade, commente sobrement Pascal Praud. Les Nantais sont amoureux du beau jeu, du spectacle, ils manifestent aujourd'hui une part de déception. Les résultats ne sont pas au top et freinent leur enthousiasme. »

Et l'augmentation exponentielle du prix des abonnements ? « En fin de saison, on n'échappera pas à une analyse très précise de la politique tarifaire et nous en tirerons les conséquences », assure le directeur général délégué du FC Nantes.

Au moment d'accueillir les Lorrains, le FC Nantes occupe la 16e place du classement de Ligue 1. Il siège aussi parmi les cancres en terme de taux de remplissage. Les 38 004 places du stade Louis Fonteneau n'affichent qu'un taux de remplissage de 68 %, ce qui le place au 15e rang national. La moyenne de spectateurs reste honorable (25 848 cette saison, 30 159 en 2006-2007, année de la descente en Ligue 2), ce qui place l'octuple champion de France au 6e rang national, derrière les incontournables (Marseille, PSG, OL, Saint-Étienne et Bordeaux). Mais, en terme de popularité, deux poids lourds ont déjà rendu visite aux Canaris : les Verts et l'OM. Paris, Lyon Bordeaux et Rennes devraient aussi dégager des recettes substantielles. Mais Grenoble, Sochaux, Le Havre ou Auxerre n'ont pas encore mis les pieds à la Beaujoire.

L. F.
Revenir en haut Aller en bas
Breizhcymru

Breizhcymru

Nombre de messages : 288
Age : 55
Date d'inscription : 28/03/2007

Nantes, ton public fout le camp Empty
MessageSujet: Re: Nantes, ton public fout le camp   Nantes, ton public fout le camp Icon_minitimeJeu 11 Déc 2008 - 1:28

Ouest France de ce jour :

À Lorient et Vannes, des stades dépassés


Lorient et Vannes vont investir des millions d'euros pour rénover leur stade. Deux objectifs : accueillir plus de public et ne pas déplaire à la ligue.

Les Morbihannais ont de la chance. Ils ont deux clubs de foot[ball] dans l'élite : le FC Lorient en Ligue 1 et le Vannes OC en Ligue 2.

Du foot[ball] pro qui devrait attirer les foules les week-ends à Vannes et Lorient. Mais bizarrement on constate que, mis à part les gros match[e]s et les derb[y/ie]s, les tribunes du Moustoir à Lorient et de la Rabine à Vannes, sont souvent loin d'être garnies. Le spectacle n'est pas bon ? Vannes et Lorient font un début de saison très honorable. Les Morbihannais ne sont pas très foot[ball] ? Peut être. Les stades sont à la hauteur ? À voir....

Les deux villes, en partie subventionnées, vont investir en 2009 des millions d'euros pour agrandir leur stade. Lorient va dépenser 13 millions d'euros pour une nouvelle tribune au Moustoir et faire passer la capacité de son stade de 15 000 places à 18 500 places. La ville de Vannes va agrandir la capacité de La Rabine pour passer le stade de 7 500 à 9 000 places, dont 6 080 couvertes et assises. Coût : 4 000 000 €.

Ces investissements lourds sont devenus obligatoires, pour notamment accueillir décemment le public. Et puis, surtout, ne pas déplaire à la Ligue professionnelle de foot[ball] qui redistribue de juteux droits TV. La ligue a donc des exigences très pointues pour vendre aux télés un spectacle de qualité.

Elle sait menacer les récalcitrants : si les stades ne sont pas aux normes les droits TV sont supprimés. Une catastrophe pour Lorient et Vannes.

En 2007, sur un budget d'environ 25 millions d'euros, le FCL a touché près de 17 millions d'euros de droits TV. Cette année, Vannes, dont le budget est de 6,7 millions, attend 4, 2 millions de droits TV. On comprend mieux les investissements.

Vincent JARNIGON.

http://www.vannes.maville.com/actu/actudet_-a-Lorient-et-Vannes-des-stades-depasses-_dep-767344_actu.Htm
Revenir en haut Aller en bas
 
Nantes, ton public fout le camp
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kop Breizh :: An drede hanterenn ! / Troisième mi-temps !-
Sauter vers:  
Ne ratez plus aucun deal !
Abonnez-vous pour recevoir par notification une sélection des meilleurs deals chaque jour.
IgnorerAutoriser